Deux kosmos

Dans Je suis vivant et vous êtes morts, sa biographie de Philip K. Dick, Emmanuel Carrère écrit :

Dans un manuel de philosophie, (Philip K. Dick) avait découvert la distinction entre l’idios kosmos, la vision singulière de l’univers que chacun d’entre nous trimbale dans sa tête, et le koinos kosmos, qui passe pour l’univers objectif. (...) le koinos kosmos n’existe pas à proprement parler : sa perception résulte d’un accord conventionnel entre les hommes, soucieux que leurs relations se déroulent sur un terrain stable (...)

Et bien, il m’est arrivé précisément la même chose à l’âge de 16 ans. Cela m’avait alors bouleversé, vers un état qui ne fut pas Philip K. Dick mais l’un de ses lecteurs. Un problème de conditions initiales sans doute, comme d'habitude.

Comments are closed.