Plumes de bois, plumes de fer

Je me souviens d'une comptine, chantée par une petite fille sur une mélodie de Brahms :

Six, cinq, quatre, trois, deux, un et une
Mon oiseau a perdu ses plumes
Plumes de bois, plumes de fer
Nous nous retrouv'rons en Enfer.
Plumes de fer, plumes de bois
Le Paradis est pour le Roi.

Et je me souviens d'avoir pensé de ces phrases, de cette musique et de ce film magique (au sens premier de ce terme galvaudé) qui les a réunis, d'avoir pensé qu'ils seraient désormais part de moi-même. Ce qu'ils sont devenus.

4 thoughts on “Plumes de bois, plumes de fer

  1. Merci! Quand je regardais le film, j'ai pensé que c'était une comptine authentique "ésoterique" et je me demandais depuis ce qu'elle voulait dire.

  2. C'est André Delvaux lui-même qui l'a écrite pour son film... et c'est sa propre fille qui la chante. Pour en comprendre le sens, il est utile de voir le film et de savoir de quel livre il est tiré 😉

  3. Salut!
    Moi aussi, j'ai adoré cette comptine. Ne savez-vous pas, par hasard, d'où elle vient?
    Olga