La Répétition

Extrait d'un post récent sur une liste Mensanne. Il fait suite à un échange entre des membres qui s'indignent des bombes larguées sur le Liban, et d'autres qui adoptent une posture pragmatique d'impuissance et refusent d'ajouter du pathos au pathos...

Je me souviens d'un bout de dialogue d'une pièce de Jean Anouilh (La Répétition ou l'amour puni) - à propos de l'Amour justement - entre un homme de quarante ans, éméché et désabusé, et une jeune fille dont le maître du château est éperdument amoureux :HÉROS : Vous apprendrez bien assez vite que la pièce ne comporte que deux ou trois rôles, deux ou trois situations, toujours les mêmes, et que ce qui jaillit irrésistiblement du coeur dans les plus grands moments d'extase, ça n'est jamais qu'un vieux texte éculé, rabâché depuis l'aube du monde par des bouches aujourd'hui sans dents.

LUCILE : Mais c'est depuis hier que j'aime Tigre, et j'ai vingt ans. Alors vos petits discours avec moi, c'est du temps perdu.

Comments are closed.