De quelques caractéristiques de l'Effet Flynn

L'effet Flynn désigne l'augmentation dans le temps du QI moyen d'une population, mesuré à l'aide de tests donnés. Sa découverte a semé une certaine perplexité dans les 'High-IQ societies' : si de plus en plus de gens réussissent les tests, ces derniers ne seraient donc pas des étalons fiables. En fait, ils sont seulement moins inusables et nécessitent de fréquentes réactualisations.

Attention, il s'agit bien de QI et non d'intelligence. Comme l'a souligné Ulric Neisser dans Scientific American : «Test scores are certainly going up all over the world, but whether intelligence itself has risen remains controversial».

Ce qui me vaut de vous en parler est que l'excellent Marginal Revolution mentionne une publication récente du Journal of Clinical and Experimental Neuropsychology. Il s'agit d'un article de Merrill Hiscock qui met principalement en évidence les deux caractéristiques suivantes :

1. Les gains en performance sont d'autant plus importants que les tests sont culture-free (et donc que le QI non verbal augmente plus vite que le verbal).

2. Ces gains en performance sont grosso-modo constants au sein de chaque tranche d'âge.

Si la première conclusion confirme des observations, la seconde va à l'encontre des explications environnementales les plus évidentes de l'effet Flynn : le fait que les parents apportent plus d'attention à l'intelligence des bébés, ou que les jeux vidéos stimulent le cerveau p. ex.

[article original]
[source]
[Wikipedia]

Comments are closed.