Les Raisonnements fallacieux (2)

B. CAUSALITÉ DISCUTABLE (NON CAUSA PRO CAUSA)
où l'on fait passer pour certaine une cause incorrecte ou douteuse...


B1. Conclusion hors de propos (Ignoratio elenchi)

Selon Aristote, l'Ignoratio elenchi recouvre l'ensemble des raisonnements fallacieux. Dans son acception contemporaine toutefois, il désigne l'absence totale de lien entre une prémisse et une conclusion.

Lors d'un concours de piano : « Le candidat suivant est un si gentil garçon. Il mérite vraiment de gagner. »

B2. Post hoc ergo propter hoc

Confusion entre synchronicité et causalité.

« Tu m'as appelé alors que je pensais justement à toi : c'est très fort, ce qu'il y a entre nous! »

Cette confusion touche de près au subjectivisme, à celui de l'historien par exemple : « Par ce discours, César scella son destin et celui de Rome. »

B3. Cum hoc ergo propter hoc

Confusion entre corrélation et causalité.

« Les courbes démontrent que les ventes de glace sont liées aux ventes de maillots. »

B4. Simplification excessive

Le fait de négliger la multiplicité des causes d'un problème.

« Encore une tuerie! Quand donc interdira-t-on les jeux vidéos?! »


B5. Renversement de la causalité (Wrong direction)

« Les malades n'ayant pas de poux, ceux-ci sont bénéfiques pour la santé. » (croyance médiévale)

B6. Comparaison incomplète

Ne précise pas l'élément de comparaison (très courant en publicité).

« Cette lessive est un peu plus chère mais bien meilleure. »

B7. Comparaison inconsistante

Compare différents éléments d'un produit à ceux de différents produits (très courant aussi en publicité).

« Cette voiture est moins chère qu'une Ferrari, plus rapide qu'une De Dion-Bouton et plus sexy qu'une Traban. »

B8. Fausse analogie (Comparer des poires et des oranges, False analogy)

Un raisonnement reposant sur une analogie n'est valide que si l'analogie est pertinente.

L'exemple suivant est une fausse analogie reposant sur une équivocation puisque le mot horloge revêt à la fois une acception première (avec horloger) et métaphorique (avec univers).

« L'univers m'embarrasse, et je ne puis songer // Que cette horloge existe et n'ait pas d'horloger. » (Voltaire, Les Cabales)


B9. Regression fallacy

Justification d'un argument par des fluctuations indépendantes.

« J'étais si fatigué hier. Ce matin, j'ai mangé un oeuf et j'étais en pleine forme toute la journée. »


B10. Monte-Carlo (Gambler's fallacy)

Croyance que la probabilité d'un événement aléatoire est influencée par ses occurrences précédentes.

« Le 7 sort beaucoup ce soir. Mise tout dessus! »


B11. Monte-Carlo inverse (Inverse gambler's fallacy)

Croyance qu'un événement de faible probabilité ne peut apparaître qu'après de nombreux essais préalables.

« Il a fait un double six au premier lancer : ses dés doivent être truqués! »


B12. La théorie des dominos (Slippery slope)

Cette tromperie consiste à prétendre qu'un argument doit être refusé car il mènerait progressivement à une catastrophe.

« Si vous autorisez le port du jeans à l'école, le signal sera donné que nous assouplissons les règles, les élèves mangerons en classe, téléphoneront, arriverons en retard, les professeurs seront démotivés, l'école deviendra un lieu de débauche et de violence, le savoir ne sera plus transmis et ce sera la fin de la civilisation. »

Il est intéressant de constater que si un raisonnement fallacieux de ce type est régulièrement adopté par une société dont il devient une référence éthique : c'est le principe de précaution.


B13. L'erreur du Continuum (Fallacy of the beard)

Cette erreur repose sur les frontières floues de certains concepts. Elle a été mise en évidence dans le premier paradoxe sorite :

Un grain de sable ne constitue pas un tas.
L'ajout d'un grain ne fait pas d'un non-tas un tas.
A l'inverse, un tas de sable auquel on enlève un grain reste un tas.
La soustraction d'un grain ne fait jamais d'un tas un non-tas.
Il n'existe donc pas de nombre n tel que n soit un non-tas et n+1 soit un tas.
On ne peut donc pas créer de tas de sable en accumulant des grains de sables.

B14. Cause animiste (Animistic fallacy)

La cause animiste affirme que le hasard ne peut expliquer des événements de faibles probabilité.

« Regardez la complexité d'une cellule, d'un oeil, de l'univers. Comment mieux démontrer l'existence d'un Créateur? »

L'objection de Hoyle est un cas particulier de la cause animiste. Fred Hoyle estimait que la probabilité d'obtenir par la chance seulement une séquence fonctionnelle d'acides aminés était similaire à celle qu'un ouragan pouvait avoir d'assembler un Boeing 747 au moyen des débris trouvés sur son passage. Le caractère fallacieux de cet argument a été démontré par Richard Dawkins. Il alimente toujours de nombreux discours créationnistes.


B15. Le Tireur d'élite texan (Texas sharpshooter fallacy)

Le Tireur d'élite texan est une tromperie qui consiste à interpréter ou manipuler des données non relevantes de façon à les faire entrer dans l'argumentation. Le nom se réfère à une histoire où un individu a peint des cercles concentriques autour d'un impact de balle pour afin de se présenter comme tireur d'élite.

« Cet homme a gagné le gros lot. Incroyable! Il y avait une chance sur un million. » (En fait, quelqu'un allait gagner le gros lot. Prévoir le gagnant a priori aurait été très peu probable. Constater qu'il y en a un a posteriori est absolument normal.)


B16. Pétition de principe (Petitio principii, Begging the question)

La proposition est démontrée implicitement dans les prémisses.

« Dieu possède toutes les perfections ; or l'existence est une perfection, donc Dieu existe. » (Descartes, Méditations métaphysiques).

B17. Argument de la nécessité (Fallacy of necessity)

Où, sous le couvert d'un syllogisme, on applique à la conclusion le degré de nécessité de l'une des prémisses.

« Je touche une allocation parce que je suis malade. Or, j'ai besoin d'argent. Je ne peux donc pas guérir. » (La nécessité de la première prémisse ne peut être appliquée à la conclusion puisque la guérison me permettra de gagner de l'argent en retravaillant.)

B18. Argument de l'homoncule

Où une entité est suggérée afin d'éviter une régression infinie... Ce type de raisonnement fallacieux a été mis en évidence par Daniel Dennett (Consciousness Explained) dans son modèle du théâtre cartésien : Descartes affirmait que la conscience impliquait une âme immatérielle qui observait la représentation cervicale du monde, comme un spectateur au théâtre.

B19. Argument circulaire

L'argument circulaire est un type particulier de pétition de principe, particulièrement utilisé en théologie.

« Mon frère n’aime pas les épinards // Et c’est heureux pour mon frère car // S’il les aimait, il en mangerait // Or il ne peut les supporter » [Nino Ferrer, Madame Robert]

avk

TABLE DES MATIÈRES

1. Introduction et tromperies verbales

2. Non causa pro causa

3. Appels à l'autorité

4. Arguments ad hominem

5. Appels à l'émotion

6. Digressions

7. Généralisations invalides

8. Erreurs de logique

9. Subjectivismes etc.

SOURCES

Aristotle, De Sophistici Elenchi.

Baillargeon, Normand. Petit Cours d'autodéfense intellectuelle. Ed. Lux: Québec, 2005.

Kelley, David. The Art of Reasoning. W.W. Norton: New York, 1998.

Mill, John Stuart. Système de Logique. Livre 5. Les sophismes, in Système de logique déductive et inductive, Pierre Mardaga éditeur: Bruxelles, 1988.

Schopenhauer, Arthur. The Art of Controversy

www.nizkor.org

wikipedia

Comments are closed.