Les Raisonnements fallacieux (9)

I. SUBJECTIVISMES ETC.
où la seule chose qui compte finalement, c'est d'imposer ses idées...

I1. Subjectivisme

L'exemple parfait du subjectivisme est incarné par Martin Luther King lorsqu'il s'écrie : « Nous tenons ces vérités pour évidentes par elles-mêmes que tous les hommes sont créés égaux ». Pris dans la ferveur, nous pouvons oublier que le Ku Klux Klan pourrait s'écrier tout aussi subjectivement : « Nous tenons ces vérités pour évidentes par elles-mêmes que certaines races sont supérieurs à d'autres. »

Bref, le subjectivisme est désarmant de naïveté et ne prêche que les convaincus ou les personnes dénuées de tout esprit critique.

Deux subjectivismes particuliers ont été définis : celui du psychologue (Psychologist's fallacy) et celui de l'historien (Historian's fallacy). Le premier consiste à penser que le sujet réagira à un stimulus de la même façon que l'observateur : « Il sursautera dès que l'image du serpent apparaîtra. »

Le subjectivisme de l'historien est analogue. Il consiste à penser que les décideurs du passé disposaient des mêmes informations et de la même perspective que l'historien actuel : « Napoléon a été idiot de se lancer dans cette bataille! » Le subjectivisme de l'historien est proche du déterminisme rétrospectif que peut revêtir le Post hoc ergo propter hoc.

I2. Appel à l'ignorance (Argumentum ad ignorantiam)

Ici, le subjectivisme s'engouffre dans l'impossibilité que l'on a de déterminer une valeur de crédibilité aux prémisses.

« Ce n'était ni un avion ni un hélicoptère, c'était donc une soucoupe volante! »

I3. Raison par forfait (Argumentum ad nauseam, Argumentum verbosium)

Au manque de références de l'appel à l'ignorance s'oppose la masse impraticable de références de la raison par forfait :

« Votre avis aura du crédit quand vous aurez étudié comme moi l'intégralité des traductions des oeuvres de Shakespeare et leurs variantes dans leurs éditions successives. »

I4. Argumentum a silentio

L'argumentum a silencio consiste à déduire l'ignorance d'une personne de son silence. C'est très tentant, je sais...

« Comment s'appelle l'oiseleur de la Flûte enchantée?
- Je le sais mais je ne veux pas le dire.
- Tu ne le sais pas, tout simplement! »

I5. Argumentum ad logicam

Argument affirmant que si un argument est fallacieux, sa conclusion doit être fausse.

« Vous me dites que Dieu existe sur seule base des affirmations de la Bible. C'est bien la preuve de Dieu n'existe pas! »

I6. Pensée magique

La simple volonté prend ici valeur de prémisse. Ici, l'argumentation n'offre guère de prise à une réfutation utile. Nous sommes proches de la prière...

« Je n'ai jamais eu d'accident mortel, ce n'est pas ce soir que j'en aurai un! »

I7. Plurium interrogationum

Il s'agit d'une question chargée de prémisses non démontrées, ou orientant la réponse. La seule façon de s'en sortir est de recadrer la question.

« Frappez-vous encore votre femme? »

I8. Caricature (Strawman)

Tromperie fondée sur une représentation déformée de l'argument de l'adversaire.

« - J'estime que la nudité pourrait être autorisée sur cette plage.
- Non. Nos enfants ne peuvent être confrontés à des scènes d'orgie. »

I9. L'Homme masqué (Masked man fallacy)

L'utilisation de désignateurs distincts dans une structure logique parfaite peut mener à une erreur lorsqu'ils recouvrent un seul et même objet.

« Je connais mon père, je ne connais pas le voleur. Donc, le voleur n'est pas mon père. »

I10. Deux faux font un vrai (Two wrongs make a right)

Cette tromperie se rapproche du Tu quoque sans être pour autant ad hominem. Elle consiste à excuser une faute par l'exposé d'une autre.

« Mais vous mentez!?
- Et vous, avez-vous tenu vos promesses? »

I11. Appel à la modération (Argumentum ad temperantiam)

Cette erreur consiste à considérer que la vérité doit se situer entre deux positions opposées.

« Dix mille manifestants selon la police, 30.000 selon les organisateurs... nous pouvons raisonnablement penser qu'ils étaient grosso-modo 20.000 à s'être déplacés. »

I12. Manipulation des probabilités

« Il y a une chance sur mille qu'une bombe soit dans cet avion et une chance sur un million qu'il y en ait deux. Je prends donc une bombe avec moi par prudence. »

I13. Biais de la solution parfaite (Nirvana fallacy, Perfect solution fallacy)

Rejet d'une solution au seul motif qu'elle n'est pas parfaite.

« Les préservatifs sont à éviter : il arrive que certains se déchirent. »

I14. Effets de manches (Style over substance fallacy)

« Parce que j'aime autant vous dire que pour moi, Monsieur Eric, avec ses costumes tissés en Ecosse à Roubaix, ses boutons de manchette en simili et ses pompes à l'italienne fabriquées à Grenoble, eh ben, c'est rien qu'un demi-sel. Et là, je parle juste question présentation, parce que si je voulais me lancer dans la psychanalyse, j'ajouterais que c'est le roi des cons... » (Audiard, Le Cave se rebiffe)

I15. Faux dilemme

Limiter les solutions possibles à une alternative arbitraire.

« Alors, finalement, vous êtes pour ou contre les légumes? »

I16. Fausse corrélation

« Tous les chauves ont bu du lait étant enfant. Le lait favorise donc la calvitie. »

I17. Non Sequitur

« Il fait beau aujourd'hui. Il pleuvra donc demain. »

I18. Négation de la preuve

« Il n'est pas mort parce que je l'ai poussé par la fenêtre, il est mort parce qu'il a touché le sol! »

I19. Traitement spécial (Special Pleading)

Appliquer à un échantillon des règles différentes de celles qui s'appliquent à la population générale, sans justification adéquate.

« Je trouve normal que chacun soit responsable des dégâts qu'il commet, et je reconnais avoir cassé la voiture de mon voisin. Toutefois, j'espère que vous ne me demanderez pas de financer les réparations. »

I20. L'effet Eliza

Ce biais de raisonnement consiste à donner à un énoncé plus de sens qu'il n'en a vraiment. Eliza est un logiciel algorithmique simulant une conversation avec un psychiatre.

Eliza : Comment vas-tu aujourd'hui?
Humain : Je me sens seul.
Eliza : Dis-moi plus sur ce sentiment.
Humain : Je crois qu'il n'y a que toi qui me comprenne.

avk

TABLE DES MATIÈRES

1. Introduction et tromperies verbales

2. Non causa pro causa

3. Appels à l'autorité

4. Arguments ad hominem

5. Appels à l'émotion

6. Digressions

7. Généralisations invalides

8. Erreurs de logique

9. Subjectivismes etc.

SOURCES

Aristotle, De Sophistici Elenchi.

Baillargeon, Normand. Petit Cours d'autodéfense intellectuelle. Ed. Lux: Québec, 2005.

Kelley, David. The Art of Reasoning. W.W. Norton: New York, 1998.

Mill, John Stuart. Système de Logique. Livre 5. Les sophismes, in Système de logique déductive et inductive, Pierre Mardaga éditeur: Bruxelles, 1988.

Schopenhauer, Arthur. The Art of Controversy

www.nizkor.org

wikipedia

Comments are closed.