Climat: que croire?

Beaucoup de gens pensent que le climat est un des problèmes majeurs de notre époque. C’est faux, parce que le climat est d’abord une formi­dable ressource naturelle. C’est grâce aux ressources du climat que les plantes poussent (chaleur, rayon­ne­ment, eau) et nous nourissent. C’est aussi grâce au climat que tournent les éoliennes et que l’eau sévapore et s’accumule dans les barrages.

«J’ai de sérieuses raisons de croire que la planète d’où venait le petit prince est l’astéroïde B 612. Cet astéroïde n’a été aperçu qu’une fois au télescope, en 1909, par un astronome turc. Il avait fait alors une grande démons­tra­tion de sa décou­verte à un Congrès Inter­na­tional d’Astronomie. Mais personne ne l’avait cru à cause de son costume. Les grandes personnes sont comme ça. Heureu­se­ment pour la répu­ta­tion de l’astéroïde B 612 un dictateur turc imposa à son peuple, sous peine de mort, de s’habiller à l’Européenne. L’astronome refit sa démons­tra­tion en 1920, dans un habit très élégant. Et cette fois-ci tout le monde fut de son avis.» Antoine de Saint Exupéry, Le petit prince. illus­tra­tions extraites de http://​www​.thought​for​theday​.com​.au/​i​m​a​g​e​s​/​T​h​e​_​l​i​t​t​l​e​_​p​r​i​nce_II.pdf

Le climat est la seule ressource naturelle dont nous ne verrons pas la fin, qui ne s’épuisera pas tant que la terre sera terre et que le soleil restera soleil. Mais le climat change, et le chan­ge­ment du climat est perçu comme un risque majeur à cause de son impor­tance pour de très nombreuses activités humaines. Le climat est changeant (variable) par nature, et nous accé­lé­rons sa varia­bi­lité par nos activités, surtout indus­trielles et agricoles (trans­ports, produc­tion d’energie, utili­sa­tion d’engrais, défri­che­ments etc).

Il se fait que nous, êtres humains, craignons le chan­ge­ment. Nous pensons que le chan­ge­ment est néces­sai­re­ment négatif et nous avons une peur irrai­sonnée de ce qui n’est pas entiè­re­ment prévi­sible. Il faut relire Eric Hoffer (1976), un philo­sophe-docker New-Yorkais qui a analysé les racines de notre phobie du chan­ge­ment et les compor­te­ments que nous adoptons quand nous sommes en état d’incertitude.

Je pense que notre réaction face au chan­ge­ment clima­tique est souvent, elle aussi, irra­tion­nelle, et très mal informée. Mais nous avons une excuse: nous faisons confiance à ceux qui savent. Qui sont-ils, ceux qui savent? Avant tout le GIEC (Groupe d’experts inter­gou­ver­ne­mental sur l’évolution du climat), mieux connu sous son sigle anglais IPCC. Le GIEC est un groupe d’experts à la structure très hiéra­chisée établi en 1988 par l’Orga­ni­sa­tion Météo­ro­lo­gique Mondiale et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement. Depuis 1988, le bébé a grandi, il a pris de l’assurance et de l’arrogance; il nous prédit désastres, misère, famines et autres points de non retour.

Beaucoup de clima­to­logues, autrement gens sensés et placides, ont pris goût au pouvoir. Ils ont érigé leur fond de commerce en dogme; ils détiennent doré­va­vant la vérité et persé­cutent toutes les déviances… J’ai publié ailleurs des notes dans ce sens, sur le mode humo­ris­tique (par exemple ici). Il se fait que les rapports pério­diques d’IPCC, qui sont consi­dérés avec une révérence quasi reli­gieuse, ne sont pas exempts d’erreurs. On y affirme, par exemple, que certains pays africains verront leur produc­tion agricole diminuer de moitié d’ici 2020. Tout qui a un minimum de connais­sance de l’agriculture et du climat perçoit immé­dia­te­ment qu’il s’agit là d’une invrai­sem­blance profonde. J’ai examiné ce point précis de près (d’abord sur le site web de la FAO et ensuite ici) pour montrer comment, d’erreurs de traduc­tion en synthèses de raccourcis de résumés ces incon­gruités peuvent prendre naissance.

L’auteur de ce billet a passé les trente-cinq dernières années a étudier les inter­ac­tions entre climate et agri­cul­ture. Non pas dans une optique théorique mais pratique, en aidant nombre de pays à prévoir leurs récoltes. Je suis catas­trophé (on me passera l’expression) de lire que notre futur serait fait de désastres liés au climat. Actuel­le­ment, les facteurs extrêmes atmo­sphé­riques sont certes spec­ta­cu­laires, mais leur impact est insi­gni­fiant, notamment sur la produc­tion agricole. Par contre, les impacts de toutes les micro-défi­ciences chro­niques du climat (poches de séche­resse, grêle, insectes favorisés par les condi­tions clima­tiques etc) conduisent à des pertes bien plus impor­tantes et pour la plupart invi­sibles.

Il y a ensuite le fait que les projec­tions d’impact font interagir un climat futur (incertain) avec toutes nos activités futures (dont nos systèmes de produc­tion agricole) qui sont encore plus incer­taines. La vérité, c’est que nous sommes dans un flou profond, et ce n’est pas le nombre de publi­ca­tions qui y changera grand chose.

Pas plus tard qu’il y a quelques jours (24 novembre 2011), un réexamen des donnés clima­tiques anciennes par Schmittner et al. semble indiquer que, peut-être, nous avons surestimé la force du lien entre gaz carbo­nique et tempé­ra­ture de l’atmosphère. La nouvelle a bien entendu été reprise par la presse internet populaire, par exemple Science Daily qui annonce Climate Sensi­ti­vity to Carbon Dioxide More Limited Than Extreme Projec­tions, Research Shows. En deux mots: les augmen­ta­tions de tempé­ra­ture projetées seraient exces­sives, ce qui réduirait aussi l’augmentaton du niveau de la mer (effet dû surtout à la dila­ta­tion thermique de l’eau). Voilà qui décevrait les catas­tro­phistes! J’attends avec impa­tience les réactions!

En attendant, j’ai écrit le petit texte ci-dessous pour expliquer mon point de vue! J’hésite à l’appeler un credo clima­tique, parce que je sais ce que credo a de dogma­tique… Je l’appellerai donc

Exercice de style en forme de credo clima­tique

Je crois au climat qui change
qui a toujours changé et conti­nuera a changer
depuis que les saisons ne sont plus ce qu’elles étaient
que les volcans crachent pous­sières et CO2
que la constante solaire n’arrête pas de varier
que les océans et l’atmopshère inter­agissent
que l’astronomie existe et que Milan­kovic est son prophète
Je crois aussi que l’homme inten­sifie et accélère le chan­ge­ment
par ses émissions de gaz à effet de serre
sa myopie intel­lec­tuelle
son appât du gain
et le mépris pour ses enfants
Je crois que les impacts du climat – comme tous les impacts -
sont et resteront le produit de deux facteurs inégaux
les carac­té­ris­tiques du climat et la vulné­ra­bi­lité de notre société
dont la concen­tra­tion géogra­phique de nos activités
leur loca­li­sa­tion
la destruc­tion des milieux naturels en surface et en nombre
et tous nos oeufs dans les mêmes paniers
ener­gé­tique
alimen­taire
et politique
J’ai confiance en notre fabuleuse faculté d’adaptation en tant qu’espèce
Je crois que nous saurons nourrir ceux que nous serons capables de procréer
qu’il y aura des ruptures
que nous appren­drons la leçon
et qu’ensuite nous repar­ti­rons
Je ne crois pas au catas­tro­phisme clima­tique
Je n’accepte pas le principe d’autorité et par consé­quent
je ne crois pas en l’infaillibilité du GIEC
qui est trop souvent
oppor­tu­niste
dogma­tique
incom­pé­tent
auto­ri­taire
partial
animé de moti­va­tions poli­tiques
et ridicule quand il pratique la science par consensus
Je ne crois pas qu’il soit juste de mépriser les incroyants
les agnos­tiques comme les athées mission­naires
même s’ils sont
ignorants
inté­ressés
créa­tion­nistes
ou produc­teurs de pétrole
Car il vrai que
nous sommes tous à l’image de notre temps
même les génies:
Kepler faisait des horo­scopes très demandés
Newton voulait trans­former en or les métaux vulgaires
Chasles a collec­tionné des auto­graphes en français de
Jules César
Aristote
Cléopatre
et Alexandre le Grand
le British Museum a acheté les faux manus­crits d’Islam Akhun, un anal­pha­bète
les traduc­tions de l’étrusque abondent
et Teilhard de Chardin a eu son heure de gloire
Car il est vrai que les saintes écritures ont accueilli in illo tempore
decons­truc­ting point access
elec­tro­che­mi­cally induced nuclear fusion of deuterium
trans­for­ma­tive herme­neu­tics of quantum gravity
et human basophil degra­nu­la­tion triggered by very dilute antiserum against IgE
Tant il est vrai que
peu de certi­tudes sont absolues, si ce n’est dans la foi
la vérité évolue au gré du temps et même des modes
ce qui est accepté aujourd’hui
sera faux, ou moins faux, demain
tant de grands scien­ti­fiques d’aujourd’hui
seront oubliés dès demain
et plus d’un tacheron obscur ressus­ci­tera
Car en vérité
notre espace et nos ressources sont limités
notre évolution tech­no­lo­gique est plus rapide
que celle de nos vieux gènes
le climat est notre seule ressource inépui­sable
il conti­nuera d’exister et de changer
avec ou sans ce fou d’homo sapiens
la crédulité des foules
le GIEC
et les menées de ses grands prêtres
la mani­pu­la­tion de nos peurs
notre manque de confiance en l’avenir
et la mort de Dieu
Amen

 

Remer­cie­ments

Je tiens à remercier Jacques du Guerny pour ses commen­taires critiques sur l’exercice de style.

Notes

Pour «Kepler faisait des horo­scopes très demandés» voir Connor, 2005.

Pour «Decons­truc­ting point access» voir Phillips & Kent, 2009; «Elec­tro­che­mi­cally induced nuclear fusion of deuterium», voir Flei­sch­mann et al., 1989 ; «Trans­for­ma­tive her­me­neu­tics of quantum gravity», voir Sokal, 1996; «Human baso­phil degra­nu­la­tion trig­gered by very dilute anti­serum against IgE», voir Dayenas et al. 1988. Il s’agit, dans l’ordre, d’un canular, de la publi­ca­tion qui a lancé le débat et la contro­verse sur la fusion froide, d’un autre canular et de l’article sur la «mémoire de l’eau». Voir wikipedia pour les détails. Tous ces articles ont été acceptés par des revues qui ont pignon sur rue, voire des revues pres­ti­gieuses. Ils montrent que la science est fragile, et procède souvent par tâtons. Pour les articles de Flei­sch­mann et celui de Dayenas, le débat n’est certai­ne­ment pas clos.

Réfé­rences

Connor, J.A. 2005. Kepler’s Witch. Harper-Collins eBooks. Kindle Edition. Loc. 978–80: Astrology was for the seven­teenth century what economics is for the twenty-first. Astrology tried to form predic­tions about an uncertain future based on strict mathe­ma­tical calcu­la­tion, just as economics does with the laws of the market. Both are wrong about as often as they are right. Loc. 986–94: Because his love for puzzles and acrostics had started when he was a child, Kepler was parti­cu­larly good at reading signs. He soon learned, however, that being a good astro­loger required more than just math skills. One student, Rebstock, a fellow with a red face and beer breath, accosted Kepler in the hallway and demanded a horoscope. Kepler reluc­tantly agreed and, after obtaining the man’s birth date, set to calcu­la­ting his chart. What Kepler learned that day, however, is how dangerous it is to read all the signs. Rebstock’s noisy drinking habits had to be taken into account, so Kepler predicted that the fellow would one day become a drunk, which wasn’t much of a stretch. The stars tell all, but so does beer breath. Rebstock didn’t like the report and forced his way into Kepler’s room, where the two duked it out. The next day, Kepler asked Mästlin for advice. What should he do? If he was going to be an astro­loger, he had to read all the available signs, and that included a beer breath, because the stars were so often hard to read. Sometimes his predic­tions worked and sometimes they didn’t, so what could he do to make them more secure? Mästlin told him to just predict disaster. That would be bound to come true sooner or later. Loc 1334–38: In 1595, partly from his calcu­la­tions and partly from his common­sense reading of the times, Kepler made three predic­tions: one, a terrible winter, with bitter cold weather that would damage fruit trees and cause hardship all around; two, an attack by the Turks from the south; and three, a peasant uprising. All three came true. That winter was so bad, they said, that anytime a shepherd in the mountains blew his nose, it would pop off.9 The Turks did attack, which wasn’t all that surpri­sing, and there was a peasant revolt, again, not all that surpri­sing. Suddenly, Kepler was a celebrity.

Dayenas, E., F.Beauvais, J.Amara, M.Oberbaum, B.Robinzon, A.Miadonna, A. Tedeschi, B.Pomeranz, P.Fortner, P.Belon, J.Sainte-Laudy, B.Poitevin & J.Benveniste. 1988. Human basophil degra­nu­la­tion triggered by very dilute antiserum against IgE. Nature, 333:816–818. Avec une Editorial reser­va­tion en fin d’article: Readers of this article may share the incre­du­lity of the many referees who have commented on several versions of it during the past several months. The essence of the result is that an aqueous solution of an antibody retains its ability to evoke a biolo­gical response even when diluted to such an extent that there is a negli­gible chance of there being a single molecule in any sample. There is rfo physical basis for such an activity. With the kind colla­bo­ra­tion of Professor Benve­niste, Nature has therefore arranged for inde­pendent inves­ti­ga­tors to observe repe­ti­tions of the expe­ri­ments. A report of this inves­ti­ga­tion will appear shortly.

de Saint-Exupéry, A. 1943. Le petit prince, Gallimard.

Flei­sch­mann, M., S. Pons & M. Hawkins. 1989. Elec­tro­che­mi­cally induced nuclear fusion of Deuterium. J. Elec­troanal. Chem. 261:301–308. L’article original avait omis le troisième auteur, qui a ensuite été ajouté, avec les excuses de Flei­sch­mann et Pons, dans une liste d’errata.

Hoffer, E. 1963. The ordeal of change. New York: Harper and Row. 136 pp. Très nombreuses réim­pres­sions.

Phillips, D. & A.Kent. 2009. Decons­truc­ting Access Points. Accepted for publi­ca­tion in the peer reviwed The Open Infor­ma­tion Science Journal (TOISCIJ). Plus de détails ici: http://​scho​lar​ly​kit​chen​.sspnet​.org/​?​s​=​phrenology 47: 217–252.

Schmittner, A., N.M.Urban,  J.D. Shakun, N.M. Mahowald, P.U. Clark, P. J. Bartlein, A. C. Mix,  A.Rosell-Melé. 2011. Climate Sensi­ti­vity Estimated from Tempe­ra­ture Recons­truc­tions of the Last Glacial Maximum. Scien­cex­press, 4 pp.+ 3 figs. http://​www​.scien​cemag​.org/​c​o​n​t​e​n​t​/​e​a​r​l​y​/​2​0​1​1​/​1​1​/​2​2​/​s​c​i​e​n​ce.1203513

Sokal, A.D. 1996. Trans­gres­sing the Boun­da­ries: Towards a Trans­for­ma­tive Herme­neu­tics of Quantum Gravity. Social Text, 46/